CROATIE 2004 - BPC

BELGIAN PNEUMATICLUB

CRAQUANTE CROISIERE CROATE

voir la carte du trajet

Après la Corse, la Tunisie et la Sardaigne, il fallait trouver une nouvelle destination estivale à mon « Joufflu » et à ses petits camarades « Ric III et Moriko »
Depuis quelques années, ils sont nombreux au BPC ceux qui passent leurs vacances en Croatie. Ils nous ont convaincus de les suivre et bien nous en prit

Nous ferons le trajet routier par la France, la Suisse et le Gothard, puis par lItalie pour rejoindre Portoroz en Slovénie, lieu de notre départ maritime.
Le voyage se faisant en 2 jours, il me fallait trouver une halte intermédiaire, nous nous sommes arrêtés à Sarnico sur le lac dIséo à deux pas du mythique chantier Riva, une petite part de rêve en plus
Portoroz nous a été conseillé par Patrick qui, avec dautres du Club, a déjà longuement parcouru lAdriatique. Lenceinte portuaire est gardée et le charroi y sera en parfaite sécurité.

Rendez-vous est pris pour le vendredi 9 juillet dans la Marina. Sur le coup de 14 h nous découvrons la superbe infrastructure portuaire. Tout y est impeccable et franchement luxueux Nos complices Jean-Pol Cattelain et les Beague sont déjà sur place, ils piaffent dimpatience.

 

Samedi 10 juillet : Portoroz Véli Losinj (180 km)

Après avoir fait les pleins dessence, nous quittons Portoroz, sortons du golfe de Trieste et longeons la côte dIstrie vers le sud, direction Umag pour une halte administrative, paiement de la taxe annuelle croate et passage obligé par la police.
Après déjeuner, nous gardons le cap et passons devant Pula que nous visiterons au retour
Objectif : descendre vers le sud le plus rapidement possible et ensuite, à laise, remonter et visiter.
Nous obliquons vers lest, passons près du phare de Galijola et pénétrons dans le canal de Losinj. Le goulet est de plus en plus étroit, on ne voit que de la terre, à se demander sil y a réellement un passage. Nous arrivons enfin devant un petit pont tournant enjambant létroit bras séparant les deux îles. Nous franchissons listhme non sans avoir, au préalable, baissé antennes et mâtereaux. Nous arrivons à Véli Losinj, pittoresque petit port de pêche où nous accostons pour la nuit.
Nous allons y battre un nouveau record, celui de la distance entre le restaurant et lamarrage de nos bateaux : ici un mètre seulement nous sépare de nos embarcations.

 

Dimanche 11 juillet : Véli Losinj Murter (141 km)
Nous louvoyons entre les îles, le paysage est enchanteur, nous avons hâte de retrouver les copains en vacance à Murter. Alors que nous arrivons devant le camping où nous devons retrouver Jo et Danielle, nous sommes rejoints par Jean-François et Eliane Minet. Nous jetons lancre et retrouvons nos amis ; en leur compagnie, nous passerons la soirée et la journée du lendemain, décrétée « journée de repos ».


 

Mardi 13 juillet : Murter Tradin (50 km)
Nous quittons Murter en compagnie de Jean-François, quelque peu déçu dapprendre quune nouvelle taxe frappe les plongeurs sous-marins, et dun pneusard allemand qui a participé, il y a une dizaine dannées, à un tour dEcosse avec des membres du BPC. Ces deux bateaux nous font un brin de conduite en direction de Sibenik. Habitués de la région, ils nous font découvrir de superbes endroits.
Arrivés devant lentrée de la Baie, Jean-Pol nous apprend quil a un problème de pipi Enfin son moteur Une alarme de température le rappelle à lordre. Nous cherchons un coin tranquille et, en deux temps trois mouvements, lembase est démontée, il ausculte minutieusement la pompe à eau, tout semble OK. Il décide cependant de remplacer le rotor de pompe à eau mais il faut se rendre à lévidence, le problème est ailleurs. Il sera rapidement cerné, cest le tuyau du témoin (pipi) qui est obstrué et qui a provoqué le bip. Plus de peur que de mal, en moins dune heure lembase a été déposée et remontée, nous pouvons continuer notre route, direction les chutes de Krka.
Pour y parvenir, nous remontons la rivière jusquà Tradin aux abords de la réserve naturelle. Nous laissons nos bateaux dans le port et, comme les autres touristes, empruntons le « promène couillons ». Le spectacle est grandiose, une succession de chutes et cascades dans un paysage digne de Kipling, au pied de celles-ci les gens se baignent dans la rivière, Annie sera la seule à se laisser convaincre et à plonger dans leau froide.
De retour à Tradin, nous terminerons la journée au resto Marco Polo, au menu : calmars à gogo.


 

Mercredi 14 juillet : Tradin Sibenik Rogoznica (95 km)
Comme il se doit, nous souhaitons bonne fête à Eric, le français de léquipe et quittons les eaux douces pour retrouver la mer.
Halte à Sibenik pour visiter la vieille ville, sa cathédrale St Jacques et ses rues en pente.
Nous reprenons la mer et, après déjeuner aux abords de lîle Oblik, direction Primosten. Nous contournons la presquîle et son village juché sur un cône naturel, puis terminons la journée à Rogoznica, dans la plus belle marina rencontrée (cest aussi la plus chère). Nos modestes embarcations font peu deffet parmi les monstres rutilants. Peu importe nous naviguons bien et cest ce qui compte.


 

Jeudi 15 juillet : Rogoznica Dubrovnik (228 km)
Avant de quitter la Jet Set, Eric se voit obligé de plonger dans leau claire du port, il a perdu une sandale Fort de son expérience il remettra le couvert à la mi-journée pour récupérer son parasol. Nous avons repris notre route en direction de Dubrovnik et faisons halte derrière la pointe de Chenesa sur lîle de Korcula face à Peljesac. Il nous reste alors 50 nautiques pour rejoindre lancienne Raguse. Le vent forcit quelque peu 3, 4 puis 5 bft. Une fixation de mon arceau ny résiste pas, il faudra réparer plus tard.
En fin daprès-midi nous accostons dans la Marina ACI de Dubrovnik.




 

Vendredi 16 juillet : Dubrovnik
Visite de « la perle de lAdriatique » comme lappelait Lord Biron, le tour des remparts, les ruelles et la Placa, le port et le Musée de la Marine sans oublier le cloître du monastère franciscain. Cest grandiose.

 

Samedi 17 juillet : Dubrovnik Korcula (117 km)
Pour compléter la découverte dhier, nous effectuons la visite en bateau, longeant de près la côte et les remparts, la vue panoramique sur la vieille cité marchande est exceptionnelle.
Ensuite par les îles Elaphites nous remontons nord-ouest sur Korcula.
Navigation sans problème, déjeuner, baignade et, vers 15 h, arrivée à lACI, nous sommes devenus friands du confort procuré par ces agréables marinas. Ensuite visite de cette petite Raguse, remparts et vieille ville, on ne sen lasse pas.



 

Dimanche 18 juillet : Korcula Split (123 km)
Quittant Korcula, nous remontons nord ouest, longeons Peljesac puis contournons Hvar par lest, déjeunons, à lancre, non loin de Makaska et gagnons Split la Romaine. Nous y amarrons en début daprès-midi et visitons la cité, lénorme palais de Dioclétien est une merveille.
Mais non voyons, Split nest pas seulement célèbre pour ses bananes !

 

Lundi 19 juillet : Split Trogir Murter (94 km)
Adieu Split, bonjour Trogir, nous visitons ce petit bijou en fin de matinée, un écrin médiéval ombragé et bordé de palmiers en front de mer, le tout jalousement gardé par la citadelle.
Dans laprès-midi nous reprenons la mer pour retrouver Murter et nos copains qui séjournent dans la région. Le lendemain, repos, baignade, farniente et dîner entre amis

 

Mercredi 21 juillet : Murter les Kornati Zut (68 km)
Nous faisons les pleins à Murter et, accompagnés de trois autres bateaux du Club, nos Tornados prennent la direction des Kornati (ensemble dîlots rocheux formant une réserve naturelle).
A la mi-journée nous faisons halte pour déjeuner dans une crique bien abritée et propice à la baignade. Cest là que nous quittent Christian et Corine les derniers à rejoindre Murter. Dans un élan patriotique jattaque la Brabançonne à lharmonica ponctuée de quelques couacs, je manque cruellement dexercice.
Nous repartons en quête dun prochain havre, cest à Zut que nous accostons cette fois, la marina est lovée dans le fond dune vaste baie aux eaux claires et poissonneuses, une pinède ajoute encore au charme de lendroit.

 

Jeudi 22 juillet : Zut Iz (42 km)
Nous quittons Zut pour Iz Je crois évoluer dans une BD de Tintin, ces noms Bordures et Syldaves menchantent et, par les moustaches de Pletzy Glaz, nous amusent beaucoup, je me prends même à en inventer de nouveaux.

Nous sommes ici dans un petit port de pêche à côté de la marina, accueilli par « une capitaine de port » éminemment sympathique qui, le matin, vient senquérir de notre nuitée et nous fait un brin de causette.

 

Vendredi 23 juille : Iz Zadar Iz (58 km)
En route pour Zadar
Le port est bondé, les touristes nombreux, pour accoster et pouvoir laisser nos bateaux en sécurité il faudra débourser plus de 25 par unité et ce pour rester 4 heures à quai. Cest cher mais la visite en vaut la peine, une fois encore la cité historique flanquée de ses remparts et surmontée de son campanile est réellement superbe.
Le soir, nous retournons à Iz Véli pour passer la nuit, notre capitaine est ravie de nous revoir de même que le restaurateur qui, déjà la veille, avait eu le bonheur de nous servir et un couple dallemands avec qui nous avions sympathisé.

 

Samedi 24 juillet : Iz Privlaka Rab (140 km)
Direction Privlaka, nous y avons rendez-vous avec lami Sam qui nous attend, le vin blanc au frais. Après lapéro et une petite balade en compagnie de nos amis, nous nous dirigeons sur Pag, lîle est déserte et inhospitalière. Pour la première fois nous navons pas le choc et décidons de continuer notre route. Le vent sest levé, la Bora, un vent du nord qui décoiffe. Nous remontons à la recherche dun abri, cest à Rab que nous le trouverons, lîle est superbe, la ville très jolie et le resto du port particulièrement plaisant (tout comme la pulpeuse serveuse qui soccupe de nous).

Dimanche 25 juillet : Et toujours des Ribs à Rab
Le vent souffle encore mais nous nen souffrons pas, la localité est charmante, nous déambulons par les vieilles rues de la cité, le soir un cortège folklorique parcourt la ville en musique et costumes. La féria médiévale de Rab démarre aujourdhui, impossible de ne pas y être sensibles. Des artisans en costume présentent les métiers dautrefois. Dans la ville, éclairée par une myriade de flambeaux, je mattends à voir apparaître Marco Polo au détour du chemin.

 

Lundi 26 juillet : Rab Mali Losinj (58 km)
La météo est plus favorable, 4 bft, nous profitons de cette courte accalmie pour rejoindre Losinj où nous mouillons pour la journée dans une crique au sud de lîle. En fin daprès-midi nous rejoignons la ville principale et son port, Mali Losinj.
Nous y rencontrons le superbe 5 mats de la compagnie luxembourgeoise Star Clippers.
Difficile dimaginer ce monstre à Esch s/Alzette ou à Grevenmacher pourtant il arbore fièrement le pavillon grand ducal
Le vent souffle à nouveau de plus belle (30 à 40 noeuds), lescale se prolonge, nous sommes bloqués tout comme un pneu allemand de lASC avec qui nous discutons bon train. Nous séjournerons encore à Mali toute la journée de mardi, subissant ainsi les caprices dEol.

 

Mercredi 28 juillet : Mali Losinj Pula Umag Portoroz (177 km)
Profitant de laccalmie matinale nous mettons le cap sur lIstrie, les vacances touchent à leur fin, aux abords de Pula, que je tiens à visiter, Moriko nous quitte, Jean-Pol souhaite rentrer au plus vite. Quà cela ne tienne, en compagnie dEric et Jacqueline nous irons visiter les arènes romaines, elles valent le déplacement.
Mais il nous faut continuer, le vent sest à nouveau levé et de face il faut laffronter. Un court arrêt à Rovinj puis direction Umag pour les formalités de sortie rondement menées.
Lorsque nous quittons le port le vent sest calmé et à vive allure nous arrivons en Slovénie, à Portoroz, retrouver voitures et remorques.

Cette fois cest bien fini mais, cest certain, nous reviendrons. Le pays nous a séduits, les habitants sympas, la nourriture parfaite, les possibilités de navigation sont à nulles autres pareilles et, cerise sur le gâteau, on y allie mer et culture, le top !
5.000 km de côte et près de 1.200 îles nous réservent encore de très vastes possibilités.

 

 

 

Remerciements

Merci à tous ceux qui nous ont fait bénéficier de leurs connaissances ou que nous avons eu le grand plaisir de retrouver sur place et tout particulièrement à Patrick et Rita De Raedemaecker, Michel et Chantal Wauters, Jo et Danièle Fontaine ainsi que Jean-François et Eliane Minet qui nous ont aidés à préparer ce superbe voyage.

 

Fiche technique

Bateaux
Marque/long.
Moteur
Essence
Huile
Moriko
Tornado 730
Mercury Optimax 225 cv
?
?
Ric III
Tornado 730
Mercury Optimax 200 cv
1046 litres
38 litres
Joufflu
Tornado 550
Mercury Optimax 175 cv
712 litres
27 litres

 

Reportage de Jaco de Joufflu (BPC)


Bpc@chello.be

 


 

mise en page sur pneuboat.com le 2 novembre 2004 - webmaster@pneuboat.com